NL  |  FR  |  EN  |  DE  
klein normaal groot
home
 
La ceinture verte nl  I  fr  I  en  I  de
 
 
Depuis environ 40 ans, les autorités mènent une politique basée sur le principe de la ceinture verte autour de Bruxelles.


Green Belt
Le concept de ceinture verte nous vient de Grande-Bretagne. Depuis 1955, l’aménagement du territoire est officiellement soumis à la Green Belt Policy en périphérie des villes britanniques. À l’intérieur de la ceinture, des restrictions urbanistiques rigoureuses s’appliquent afin de préserver les espaces ouverts autour des villes et de lutter contre l’exode urbain. Cette politique permet de contraindre les villes à opérer une reconversion et de les empêcher de se rejoindre progressivement. Londres, qui possède aujourd’hui une ceinture verte de près d’un demi-million d’hectares, a été le précurseur de cette idée (dès les années 30), qui a depuis lors fait des adeptes dans d’autres pays du monde.

 
Exploitation dans des projets belges

En Belgique, une solution similaire a été proposée pour la première fois par le Groupe Alpha. En 1958, ce bureau d’études francophone a établi un plan de secteur pour Bruxelles et ses environs à la demande du ministère des Travaux publics, administration de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire. Une ceinture verte devait permettre de limiter l’exode urbain ou suburbanisation et la pression de l’urbanisation devait être absorbée par Bruxelles et des villes voisines comme l’indiquait d’ailleurs le titre du plan : Les centres satellites.

Le bureau d’études Mens en Ruimte a également repris ces idées lors de l’élaboration d’un plan structurel pour l’ancienne province du Brabant en 1964.

 
Une ligne politique

Jos De Saeger, le ministre des Travaux publics, a alors décidé d’instaurer une politique de ceinture verte autour de Bruxelles et a demandé à Mens en Ruimte de dresser un projet de plan de secteur dans ce sens pour l’arrondissement Hal-Vilvorde (1967).

La ligne politique a été tracée dans le plan de secteur définitif (1977), officiellement intitulé plan de secteur Hal-Vilvorde-Asse. Cette dernière commune n’a pas été ajoutée par hasard. L’objectif était en effet de développer les 3 centres pour en faire de puissants satellites flamands de Bruxelles. Plus loin, Louvain, Malines, Alost, Termonde et Nivelles devaient également devenir des centres satellites. Les autres principes consistaient à éviter toute nouvelle interruption des espaces ouverts et à ne plus autoriser la construction d’immeubles à appartements. De nombreux projets de lotissements et d’extensions de zones résidentielles ont ainsi été annulés dans la périphérie flamande de Bruxelles. Dans les environs immédiats de la capitale, en particulier, de multiples parcelles ont été requalifiées en zones vertes et zones d’intérêt paysager. Le nombre d’étages d’habitation a été limité à 2.

S’il existe un système similaire de limitation de la suburbanisation dans plusieurs autres pays, les politiciens flamands avaient toutefois une motivation supplémentaire pour la périphérie bruxelloise : ils cherchaient à endiguer la francisation du territoire. C’est d’ailleurs dans ce but qu’ils ont également créé une ligne de défense culturelle, la Ceinture d’émeraude, un cercle de centres culturels avec le CC Westrand en premier.

Chez nous, la politique de la ceinture verte n’a jamais pris la forme d’une ligne officielle définie aussi explicitement qu’en Grande-Bretagne. Elle a toutefois été confirmée à plusieurs reprises par des circulaires ministérielles. Le Ruimtelijk Structuurplan Vlaanderen (Plan flamand structurel d’aménagement, 1999) fait, lui aussi, référence à la ceinture verte. Le concept a récemment été introduit dans le secteur du tourisme.

 
 
Meer informatie

ALGEMEEN

TOERISME
  • De Groene Gordel, Schitterend rond Brussel, parels van parken en tuinen, Provincie Vlaams-Brabant

VERGELIJKENDE CASES
  • Case studies in Greenstructure Planning (Sheffield, Marseille, Breda, Munchen, Milaan, Warschau, Rome, Oslo, Ceske Budejovice), Europese Commissie, COST Action C11 (European Cooperation in the feeld of Scientific and Technical Research)


Version française (pdf, 61kb)
English version (pdf, 60 kb)
Deutsche Version (pdf, 68 kb)